8 - Trekking

IMG_7735

Avant de commencer cet article, voici la réponse à la question du post N°6 où lors de notre visite au Wat Phra Doi Suthep nous avions entendu un bruit étrange, cf la vidéo.  Je demandais quelle en était l'origine et avait-il une signification ou non ?  La réponse est : "Non, ce bruit n'a aucune signification pour nous humain vu qu'il s'agit tout simplement du bruit de la cigale locale. Ce que vous entendez dans la vidéo vient d'une seule cigale de 5 à 7 cm de long...Nous l'avons trouvée et je vous assure que tout près c'est assourdissant mais qu'il suffit de la toucher pour qu'elle stoppe... Ouf

IMG_7375

Sur base des choix effectués la veille, nous profitons d'un copieux petit déjeuner avant d'enfourcher nos VTT, de superbes vélos flambants neufs, pour une balade sportive d'une quinzaine de km pour rejoindre le camp des éléphants de Mae Taeng.  Personnellement, je m'attendais à une petite expédition empruntant des sentiers à travers jungle et un peu plus longue mais, au final, c'était déjà bien assez pour Catherine et France.  Il ne faut pas oublier qu'il fait plus de 30°C et que nous sommes en montagne ce qui, par définition, ne ressemble pas vraiment aux polders ou aux chemins de hallage...  Les 8-10 premiers km étaient une succession de petites montées suivies de faux plats et mes sportives en herbe ont toutes deux mis un point d'honneur à suivre sans mettre pied à terre.  Bravo mes louloutes, je suis très fier de vous !  Arrivés au pied du petit col, notre guide a proposé de charger les VTT des filles dans notre Songtaew.  Elles pourraient ainsi admirer papa transpirer dans la roue de Sunee (même prénom que la guide à Chiang Mai) qui, à la pesée, a facilement 40 kg de moins... Ceci dit, je n'ai pas laché un cm en poussant même quand je sentais qu'il ralentissait mais la grosse différence c'est qu'il grimpait l'air tranquille pendant que je me demandais si je n'allais pas faire un arrêt cardiaque...  Soit, une fois en haut nous avons réalisé une descente assez dangereuse sur un peu plus d'un kilomètre.  La route très pentue, très étroite et très sinueuse était parsemée de gravillons et d'énormes nids de poule à éviter au risque de passer par dessus l'engin.  C'est finalement sains et saufs mais complètement trempés que nous sommes arrivés dans un petit campement de fortune en bord de rivière où nous avons laissé nos VTT.  Ici aussi, on nous a remis de l'eau bien fraîche et nos petites serviettes glacées.

IMG_7672

Nous remontons tous dans notre Songtaew et après une petite demi heure de route, nous arrivons au camp d'éléphant de Mae Taeng.  Ces magnifiques pachydermes, vénérés en Asie, mis au chômage forcé par la mécanisation ou tout simplement l'interdiction de l'exploitation du bois de teck, ont, heureusement, sous le patronnage du gouvernement Thaï, retrouvé du travail dans le tourisme.  Même si cela peut en étonner plus d'un, je dis "heureusement" car les éléphants oisifs dépriment jusqu'à en devenir dangereux pour l'homme.  Et avant me direz-vous ?  Avant, le problème ne se posait pas car leur habitat était très vaste et ils n'étaient que très rarement confrontés à l'homme et ses cultures... Ils sont dorénavant confinés sur de trop petits territoires... Certes, le travail autour du tourisme ne leur procure pas la quiétude d'antan mais, c'est un compromis acceptable qui, bien encadré, leur fournit non seulement de l'activité mais également l'importante quantité de nourriture nécessaire à leur survie.

Notre voyage en Asie faisant directement suite à celui en Afrique, le moment me semble opportun de faire un petit aparté pour présenter les différences entre les éléphants de ces deux continents.

                        ASIE                                                                                AFRIQUE

éléphant d'Asie

                           IMG_7448

 

 

 

 

 

 

 

Hauteur :              En moyenne 2,5 Mètres                                                                 3 Mètres

Poids :                  En moyenne 5 000 Kg                                                                     7 500 Kg 

Oreilles :              Petites                                                                                           Grandes

Défenses : Uniquement chez les males mais pas tous.                 Grandes défenses chez mâles et femelles                                    5% des mâles au Sri Lanka et 90% en Inde..                            (Mais elles ont tendance à disparaître...)

                                           .

Tête :                   Front à deux bosses                                                                    Front plat                                                                                         

Trompe :              1 doigt en bout de trompe                                                2 doigts en bout de trompe                                                          

 

Nous profitons de cette occasion pour grimper sur le dos de ce charmant colosse qui nous emmène cahin-caha en promenade vers la rivière "Mae Sa".  Son cornac nous suit à pied et, quelques fois juché sur sa tête, il le dirige au seul son de sa voix.  Les dénivelés empruntés en bord de falaise ne rendent pas l'exercice si simple pour nous qui sommes ballotés de gauche à droite et nous retrouvons par moment penchés vers le précipice à nous retenir tant bien que mal à la force des bras pour éviter de glisser. Régulièrement, nous tentons de flatter notre éléphant de quelques bananes pour l'inciter à avancer sur le plat et dans l'ombre afin qu'il s'éloigne du vide vers lequel il aime se pencher pour grignoter l'une ou l'autre pousse de verdure plus fraîche.

Avant de partir, j'avais hésité à acheter un matériel très performant pour prendre des photos et filmer en toutes circonstances mais comme notre caméra waterproof avait été exemplaire lors notre précédent voyage, j'ai continué de lui accorder mon entière confiance.  Je n'aurais pas du...!!!  Loi de la vexation universelle, c'est toujours dans ces moment là que l'engin décide de lacher !  Je n'ai finalement pu sauver que deux photos de piètre qualité.... aaaaaaaaaaahhhhhhh !

PICT0006
PICT0011

Notre balade terminée, nous embarquons pour une descente de 45 minutes en raft à travers une succession de rapides.  Le jeune capitaine de notre embarcation nous transmet les recommandations d'usage, positions diverses, différents ordres à suivre dans la seconde pour éviter l'accident, conseils si l'on passe par dessus bord,..etc.  Sait-on jamais, j'embarque ma caméra au cas où elle déciderait de fonctionner...  On me déconseille de la prendre car cela secoue beaucoup trop et que je risque de la casser ou de la perdre mais elle n'est déjà plus en très bon état donc je ne m'inquiète guère et leur montre comment je peux la fixer solidement au poignet qui tiendra la rame.  Mon but est de l'enclencher juste avant de rentrer dans des rapides et on fera le bilan ensuite si elle a capté quelque chose ou non...

Il fallait si attendre, elle a foiré... Je n'ai pas eu la chance de fixer le meilleur passage (voir description ci-dessous) mais heureusement elle a quand même enregistré une trentaine de secondes lors du franchissement d'un petit rapide.

Mise à l'eau du raft par notre jeune capitaine :

http://www.youtube.com/watch?v=c6JVvBLd-O4&feature=youtu.be

 

Passage d'un tout petit rapide mais bien amusant quand même

http://www.youtube.com/watch?v=iW1c4hbom-I&feature=youtu.be

 

 

Lors du debriefing, le capitaine avait insisté sur un ordre simple mais à appliquer dans la seconde : "Inside boat". L'ordre est compréhensible pour quiconque ne parlant pas anglais et nous intime l'ordre de rentrer dans le bateau afin de se mettre en position de sécurité (rame, pieds et mains) pour éviter de passer par dessus bord.  Le passage le plus violent voit tous les jours des canots se retourner et certains se sont d'ailleurs déjà cassé bras ou jambes sur les rochers.  Une fois de plus, on nous a demandé si France était en mesure d'accompagner... Nous avons assuré qu'elle appliquait et respectait toujours les consignes.  Nous avons donc embarqué avec les deux hommes à l'avant (Sunee et moi-même), le capitaine aux commandes à l'arrière, Catherine seule sur la rangée juste devant lui et France seule sur la rangée derrière moi.  Au passage d'un des points forts, le raft a violemment percuté un rocher pour se retrouver à l'envers mais, naturellement, nous sommes tous intervenus rapidement afin de remettre notre embarcation dans le bon sens.  Juste après ce passage, notre capitaine semblait très rassuré et nous a largement félicité pour notre comportement.  A l'approche du point d'orgue de notre descente, le capitaine nous a rappelé d'être très attentifs et de bien nous accrocher quoi qu'il arrive.  Dès l'entrée dans le rapide, l'avant du raft s'est engouffré dans un trou formé par des remous entre deux grosses pierres et l'embarcation a de nouveau fait demi tour quelques mètres plus loin.  Sunee et moi nous sommes démenés pour repartir dans le bon sens mais juste avant de pouvoir y parvenir, l'embarcation s'est envolée sur un rocher. Sunee s'est retourné pour voir si France tenait bon.  Je ne m'inquiètais pas car elle s'était mise à l'intérieur quelques secondes avant en position de sécurité et je l'entendais rire de bon coeur.  En se retournant, Sunee a relaché son attention et a littéralement été éjecté hors du canoë.  Heureusement, il n'a jamais laché la corde de sécurité faisant le tour du raft.  Je lui ai tendu la main qu'il a solidement agrippée et, à ce moment, j'étais très heureux qu'il ne pèse que 40 Kg tout mouillé car j'ai ainsi pu facilement le remonter à bord malgré les turbulences et avant qu'il ne se fracasse sur un rocher...  Se terminant bien, cette expérience fut un très bon souvenir pour nous tous, Sunee y compris.  France, d'ailleurs, en redemandait...

La boucle est bouclée car l'arrivée se situe à l'endroit où nous nous étions arrêtés après notre VTT du matin.  Pour glaner quelques Bahts, une famille de Thaïlandais a construit une petite baraque en bois dans laquelle ils stockent des bouteilles de soda achetées au village et sur lesquelles sont imprimés 10 Baht mais qu'ils revendent 30 Baht. (0,25€ et 0,75€). 

Deux couples de touristes ont pris place à une table de fortune et se désaltèrent en bord de rivière.  Sunee nous invite à le suivre et, une cinquantaine de mètre plus loin, bien à l'écart, une petite tonnelle ombragée abrite un délicieux pique-nique Thaï.

IMG_7676
IMG_7687
IMG_7691
IMG_7703
IMG_7704

 

Nous reprenons ensuite la route vers le "Khum Lanna" où nous logerons durant les deux nuits suivantes.  A mi-chemin, nous nous arrêtons dans une tribu Palaung qui fait partie de l'ethnie "Karen" et que l'on connait mieux sous le nom de "femmes-girafes" à cause des colliers aux multiples anneaux qu'elles arborent.

D'où vient cette coutume assez étrange à première vue ?  Personne ne le sait vraiment et plusieurs théories s'affrontent. Certains affirment que ces colliers les protégeaient des tigres qui attaquent toujours par derrière pour briser la nuque, d'autres pensent qu'il s'agit d'un privilège accordé aux femmes nées un jour de pleine lune et que les anneaux représentent l'esprit de la communauté.  Enfin, une rumeur prétend que cela enlaidissait les femmes afin de les protéger des hommes des tribus voisines lors des incessantes guerres inter-ethniques.

Avant de continuer, je tiens à faire part de notre opinion concernant cette visite que certains jugent intolérable et apparentent à du voyeurisme malsain en comparant même ces villages à de véritables zoos humains.  Quelques faits afin de mieux comprendre pourquoi, à nos yeux, cette démarche est plutôt louable.  Les "Palaung" ne sont pas Thaïlandais mais des réfugiés politiques originaires de Birmanie.  Pacifistes, ils ont franchi la frontière après avoir fui leur pays en guerre et éviter l'enrôlement forcé. Le gouvernement Thaïlandais les tolère mais ils n'ont ni le droit de chasser, ni le droit de cultiver la terre qui les abrite.  Ils n'ont pour seuls revenus que ceux du tourisme engendrés par la vente des produits de leur artisanat et de la curiosité des touristes pour leurs apparats.  Hormis l'un ou l'autre souvenir acquis au fil de nos sorties, nous avions, au même titre que lors de nos achats dans le village "Lisu" décidé de consacrer une bonne partie de notre budget "souvenirs" auprès de ces femmes pour les aider à...survivre !!!

IMG_7730
IMG_7734
IMG_7757

IMG_7735

Ces colliers peuvent accueillir un maximum de 28 anneaux pour un poids de 15kg !

IMG_7737

Le village abrite également une autre tribu; les Akha d'origine Tibéto-Birmanes.

IMG_7741
IMG_7742
IMG_7743

 

"Les voyages forment la jeunesse" j'en comprends seulement vraiment le sens...  Je ne regrette pas de ne pas avoir eu la chance de le vivre plus tôt mais me réjouis de pouvoir le vivre tout court et de pouvoir l'offrir à notre petite princesse.  Ce contact, parfois violent avec la réalité loin de nos frontières, est un enrichissement de l'esprit qu'il est impossible d'acquérir autrement.  Lorsque je dis "loin de nos frontières, je parle essentiellement des frontières de l'esprit, de nos coutumes, de notre culture et de nos habitudes qui nous aveuglent, nous empêchent de nous rapprocher de l'autre et nous font craindre la différence.

 

IMG_7740
IMG_7748
IMG_7750
IMG_7755

Durant notre trajet, Catherine tentait de faire sècher mon t-shirt détrempé après le rafting et en prenant la photo j'ai dit :"Hooo le sèche linge Thaïlandais"...Ce qui a beaucoup fait rire France.

IMG_7796
IMG_7797

Nous sommes ensuite accueillis par notre charmante hôte du "Khum Lanna" où nous jouissons de toute l'infrastructure pour nous seuls.  L'environnement est une fois de plus féérique et la chambre est immense.

IMG_7811
IMG_7820
IMG_7821
IMG_7831
IMG_7832
IMG_7834
IMG_7837
IMG_7843

Après être passés sous la douche, nous enfilons notre tenue "Rice for Life" pour un cours de cuisine Thaï que nous dégusterons lors du dîner.

IMG_7840
IMG_7845

Le cours de cuisine est très amusant et instructif.  Tout d'abord, nous essayerons de deviner quels sont les légumes et herbes aromatiques dans le panier devant nous.  Il faut déjà trouver le nom français (s'il existe...) et ensuite, connaître sa traduction en anglais.  Dans l'ensemble, on s'en est très bien sorti et France également.  Je n'ai malheureusement pensé à filmer que le second cours, malheureusement c'est le premier qui était beaucoup plus intéressant.  

IMG_7854

Ensuite, nous découvrirons les petits secrets à ajouter pour obtenir ces fragrances uniques.

IMG_7874

Je n'ai pas le temps de mettre une légende pour chaque photo mais ce sera fait lors du montage à l'impression.  Ici, vous verrez dans l'assiette de droite du bouillon en poudre, de la sauce d'huître, de la sauce à base de poisson (elle remplace le sel) et du sucre.

Notre charmante prof de cuisine nous expliquera ensuite comment il faut regrouper certains ingrédients et opérer les découpes.

IMG_7860
IMG_7864

En cuisine Thaï, c'est la préparation qui prend le plus de temps. La cuisson, quant à elle, est minute.  Il est très important de se laver les mains après toute découpe car les Thaïs utilisent du piment dans tous leurs plats, si par mégarde il vous arrive de frotter vos yeux...Dernière étape, la cuisson, apparemment c'est toujours sur un feu très fort mais, comme par miracle, rien ne brûle et rien n'adhère, mais qu'est-ce qu'il fait chaud...  En plus d'être diététique, les Thaïs n'utilisent pas de beurre et quasi jamais d'huile ou très très peu dans quleques rares plats.

IMG_7868
IMG_7875

Et voilà, il n'y a plus qu'à passer à table.

IMG_7891

Vous remarquerez que nous sommes pieds nus, ce n'est pas un temple bien que la nourriture soit sacrée mais, en Thaïlande comme dans beaucoup de pays asiatiques, on laisse ses chaussures pleines de microbes en dehors des endroits à vivre.  Le dessert est généralement composé de fruits frais et ici, pas la peine de seriner les oreilles avec : "Pour être en bonne santé, mangez 5 fruits et légumes par jour" ou encore "Ne mangez pas trop sucré, trop salé ou trop gras"... Et même lorsque le dessert se compose de beignets plus lourds et plus gras, ils garnissent l'assiette de fruits frais pour alléger le tout...

IMG_7895

Pour bien digérer ce copieux repas, un massage aux herbes et essences locales de 80 minutes nous est prodigué par d'aimables et courageuses paysannes du village qui, après leur journée passée à oeuvrer dans les rizières, ont récolté et préparé leurs "Prà-kóp".  Le "Prà-kóp" est une compresse traditionnelle à base de sept plantes différentes.  C'est accompagnées de tout leur matériel qu'elles se présentent au "Khum Lanna" afin de nous dorloter.

IMG_7905
IMG_7906

 

On nous avait prévenus que les Thaïlandais étaient fascinés par les petits enfants occidentaux (l'inverse est bien souvent vrai aussi...) mais c'est chaque fois surprennant de voir la façon dont ils regardent tous France.  Elle est notre meilleur atout à chaque fois que nous communiquons avec des Thaïlandais, surtout quand ils ne parlent que Thaï ou leur dialecte.  France est en plus très communicative et en admiration pour leur gentillesse. Elle "waie" poliment directement les adultes ce qui plaît beaucoup...

Pour mieux comprendre ce qu'est le "Waï", je vous invite à lire l'article ci-dessous :

http://www2.sawadie.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=116:-le-wai

Le Waï

Demain, nous passerons notre dernière journée dans ces magnifiques montagnes entourés de gens si attachants et retournerons à Chiang Mai en fin d'après-midi... A suivre